Qu’est-ce qu’une micro-station d’épuration ?

Évaluer cet élément
(6 Votes)
Image
Image

La micro-station est sur le marché de l’assainissement depuis les années 2010 environ et a besoin d’un agrément ministériel pour être utilisé conformément.

La micro-station d’épuration est une solution pour l’amélioration d’assainissement de l’habitat pour les eaux usées domestiques. Elle est catégorisée dans les filières agréées d’assainissement individuel. La micro-station assure le prétraitement et le traitement des eaux usées d’une habitation.

Le principe est une dégradation des particules par des micro-organismes. Ces bactéries sont développées par une oxygénation, créée par un générateur d’air soit un compresseur ou d’autres mécanismes pouvant apporter de l’oxygène.

Il est possible d’avoir une micro-station en plastique ou alors en béton. Sachant que le plastique a une meilleure qualité de vie que le béton qui va se dégrader peu à peu dans le temps.

Il existe deux grandes familles de micro-station :

  • Les micro-stations à culture fixée : les bactéries sont posées sur des supports dans la station
  • Les micro-stations à culture libre : les bactéries sont suspendues dans l’eau et la boue.

attention  Les micro-stations à cultures fixées supportent mieux les variations de charges, soit les changements de volume d’eaux usées à traiter. Ces changements peuvent venir d’une absence temporaire (vacances) ou une variation du nombre de personnes vivant dans la maison.

Le fonctionnement d’une micro-station :

En règle générale, les micro-stations d’épuration sont constituées d’une cuve avec plusieurs compartiments.

  • Etape 1 : le prétraitement

Le premier compartiment (la fosse toutes eaux) est fait pour séparer les boues (qui tombent au fond de la cuve), de l’eau, c’est ce qu’on appelle la décantation. Ce compartiment va stocker les boues, et avec un système d’air lift, l’eau usée va être transférée dans un second compartiment.

  • Etape 2 : le traitement

Le deuxième compartiment est la phase de traitement, l’eau usée est aérée par un générateur d’air ou une turbine en mouvement dans la cuve ce qui permet de maintenir en vie les bactéries apportées par les matières fécales.

Celles-ci, vont détériorer les particules pour diminuer la pollution de l’eau.

  • Etape 3 : l’évacuation des eaux

La dernière partie est la phase de rejet de l’eau qui ne présente plus de particules. L’eau peut être rejeté soit par infiltration direct dans le sol, soit après étude et avis positif du SPANC rejetée en cours d’eau (rivière, ruisseau…)

 3

Image Sagéau

 

Micro-station à culture fixée

La première grande famille de micro-stations est la famille dite à culture fixée.

Ce système de culture fixée désigne toutes les micro-stations qui comportent des supports, soit totalement fixes soit mobiles sur lesquels vont venir se fixer les bactéries qui effectueront le traitement.

Dans la famille des cultures fixées il y’a donc les cultures fixées sur supports fixes (qui ne bougent pas) et les cultures fixées sur supports mobiles.

Le procédé d’assainissement des eaux usées par culture fixée se compose la plupart du temps en trois étapes dans trois compartiments distincts de la cuve séparés par des cloisons.

Supports fixes

  • Etape 1 : La décantation : Vos eaux usagées arrivent dans une première cuve, les boues plus lourdes que l’eau coulent et se posent au fond de la cuve, c’est un procédé de décantation. Les liquides sont séparés des solides, on appelle également ça le prétraitement.
  • Etape 2 : Le traitement : Les eaux prétraitées sont aspirées par air lift pour aller dans la cuve de traitement où se trouve la culture de bactéries (immobile), qui procèdera au traitement. (De l’air est envoyé par un compresseur pour permettre aux bactéries de vivre.)
  • Etape 3 : Décantation et clarification: Les eaux se déplacent dans le dernier bassin, c’est l’étape de clarification, les derniers résidus de boues présents vont encore se décanter et se poser au fond du bassin. Les eaux claires sont évacuées par la sortie tandis que les résidus de boues posés dans le fond sont redirigés vers la première cuve grâce à un tuyau d’air lift pour recommencer le cycle de traitement (la recirculation)

Les avantages :

  • Aucune odeur
  • Système compact
  • Volume des cuves réduis

Les Inconvénients :

  • Le support de bactérie fixe peut se « colmater » et devenir obstrué
  • L’entretien des diffuseurs qui apportent de l’air est très compliqué à réaliser car le support fixe en bloque très souvent l’accès.

Cout approximatif du matériel :  le cout à prévoir pour l’achat d’une microstation à support fixe est situé entre 5000-6000 € HT par un dimensionnement de 6 Eh environ.

 

…………………………………………………………

Supports mobiles

Pour la deuxième méthode avec les supports mobiles, le procédé est sensiblement le même pour la 1ère et 3ème étape, seul l’étape de traitement dans le deuxième compartiment de la station change.

Etape 2 : Le traitement : L’eau usée arrive dans le 2ème compartiment aspirée par un air lift, dans cette cuve il y a des centaines de supports. Les bactéries qui vont traiter l’eau sont fixées sur ces supports, cela combine le système de culture fixée et de culture libre car les supports sont mis en mouvement grâce à l’oxygénation du compresseur situé dans une armoire de pilotage à l’extérieur (qui envoie également de l’air pour permettre aux bactéries de vivre) pour une meilleure optimisation du traitement.

Supports bactériens mobiles   

4

5

Photos Sagéau

L’armoire de pilotage située à l’extérieur :

6

Photo Sagéau

Les avantages :

  • Aucune odeur
  • Système compact
  • Traitement optimal des bactéries (99%)
  • Entretien très facile (accès au compresseur et au diffuseur en 10s)
  • Les supports bactériens ne sont pas à changer
  • Système incolmatable car les supports rentrent en collision.

Cout approximatif du matériel :  le cout à prévoir juste pour l’achat d’une microstation a supports mobiles seule est situé entre 4000-6000 € HT pour un équivalent de 6 eh environ.

Chez SAGÉAU nous avons choisis de nous spécialiser dans la culture fixée sur supports mobiles.  Et particulièrement sur la Pure Station fabriquée en France par ALIAXIS (PS6). Depuis 2014 l’innovation des micro-stations se consacre essentiellement à la fabrication de ce type de filière car celles-ci permettent un meilleur fonctionnement, une qualité épuratoire exceptionnelle, ainsi qu’un entretien plus accessible pour les SPANC et professionnels.

Micro-station à culture libre

7

Photo Sagéau

 

Les micro-stations d’épuration qui fonctionnent en culture libres, maintiennent dans un bassin aéré et brassé sans support l’eau usée et ses particules. Le brassage est réalisé par un compresseur ou une turbine afin d’harmoniser l’oxygénation.

La boue activée désigne un bloc de micro-organisme en suspension.

Les micro-stations à boues activées simple (nouvelle génération)

Pour les micro-stations à culture libres nous appelons nouvelle génération les micro-stations ayant un seul compartiment (aucune cloison).

Le système de traitement à culture libre ne contient aucun lit fixé de bactéries et ne fonctionne que en tant que bio-réacteur.

Cela permet, de nettoyer les eaux domestiques grâce à l’oxygénation de la pollution par ces bactéries en culture libre.

Les micro-stations à culture libre sont soumises à une procédure d’agrément ministériel comme toute les micro-stations d’épuration.

L’oxygénation de ces micro-station se fait grâce à un compresseur ou une turbine en mouvement dans la cuve.

3 étapes à retenir pour ce système :

  • Etape 1 : Traitement des eaux usées : les eaux sont traitées par l’apport d’oxygène via le compresseur situé dans une armoire de pilotage ou par une turbine en mouvement située dans la cuve, cet apport d’oxygène permet un traitement biologique.
  • Etape 2 : décantation des eaux traitées : cette phase de décantation débute lorsque la séquence d’aération est terminée. Les boues se déposent alors au fond de la cuve ce qui permet une clarification entre celles-ci et les eaux traitées.
  • Etape 3 : Evaluation des eaux clarifiées : les eaux claires sont évacuées de la micro-station dans une aire d’infiltration ou dans un rejet au fossé, eaux pluviales toujours avec autorisation du SPANC.

Les avantages :

  • Entretien simplifié
  • Emprise au sol inférieur à 10m²
  • Peu de boues à vidanger

Les inconvénients :

  • Si la station n’est plus alimentée en électricité, les bactéries meurent rapidement
  • Sensibles aux surcharges des boues temporaires
  • Rejet de particules dans le milieu naturel possible
  • Traitement insuffisant selon les modèles
  • Odeurs potentielles

attention

Une microstation peut être installée uniquement sur votre habitation principale !

La pose sur une maison secondaire est impossible car la station n’aurait pas assez d’apport en bactéries sans votre présence, elle aurait donc un traitement moins efficace.

logo sageau web transparent

  info@sageau.fr
  Siège France : ZA d'Artigues 33720 Landiras
  05 56 27 21 27