Portrait d’Anna Roche : CONDUCTRICE DE TRAVAUX

Le BTP : à décliner au féminin, sans variation !

 « Une femme dans le bâtiment ?! Pourquoi faire ? » ou aussi « Pfff ! Elles n’y connaissent pas grand-chose, qu’est-ce qu’elles pourraient faire ?! », ces remarques directes ou faites à demi-mots doivent disparaître des chantiers.

Non le BTP n’est pas un domaine exclusif aux hommes. En effet, la part des femmes dans le bâtiment a progressé ces dernières années. Grâce à la politique volontariste de la FFB depuis les années 2000, la féminisation des équipes se poursuit dans tous les métiers du bâtiment.

anna roche

 Un peu de hasard et de la persévérance !

Anna ROCHE, Conductrice de travaux chez GTP & P a 24 ans et exerce dans ce métier depuis un peu plus de deux ans maintenant. « Arrivée par hasard » pour seconder Monsieur CHAUFFEPIED, le gérant de la société, elle était attachée essentiellement à ses débuts au montage des dossiers des appels d’offres, l’administratif et assistait régulièrement aux suivis des chantiers. « J’ai fait mes débuts directement sur le terrain, comme assistante conductrice de travaux. Je complétais la transmission de savoir que je recevais de M. CHAUFFEPIED avec des recherches personnelles, en me plongeant dans des anciens dossiers pour en comprendre le montage, comparer les informations, les problématiques ».

De l’apprentissage à l’intégration : il n’y a qu’un pas !

C’est tout naturellement qu’Anna ROCHE a intégré le « paysage » et a ainsi progressé vers son poste actuel : conductrice de travaux, dans une société d’une trentaine de salariés.

« Aujourd’hui, j’occupe pleinement mon poste. Je fais partie des cinq femmes qui composent la société GTP & P, ce qui n’est pas mal je trouve pour une entreprise du bâtiment qui compte une trentaine de salariés ! ».

Basée à La Sauve Majeure, elle sillonne le département pour le suivi des chantiers de A à Z qui lui sont confiés : la création de lotissements, les marchés publics pour les travaux de terrassements et VRD, la viabilisation de bâtiments publics… « En amont des chantiers, je travaille aux côtés de la direction et du chef de chantier de la société. Je réalise des études, fais des réponses aux appels d’offres, des devis, je gère la programmation des chantiers, leur logistique, les moyens mis en oeuvre… j’assure également tout leur suivi administratif. »

« Être une Femme dans le BTP n’est pas du tout un problème »

À l’évocation d’une anecdote à partager, par rapport à son âge, sa présence féminine sur un chantier ou son travail dans le BTP, Anna ROCHE répond : « Lors de ma première réunion de chantier, seule, sans M. CHAUFFEPIED, au milieu des autres corps de métier représentés que par des hommes, l’un d’eux me dit en m’apercevant : « Ah ! Vous êtes la stagiaire ? ». Aujourd’hui, encore je me demande la stagiaire de qui ? de quoi ?! (rires) Après, dans ma vie personnelle, c’est vrai que je parle un peu plus de pelles mécaniques, de chantiers, de matériaux que mes connaissances féminines. Bon, j’avoue aussi, que pour les travaux chez moi (j’en suis à ma deuxième rénovation) : la partie réseaux, c’est moi qui l’ai faite ! » ponctue-t-elle, amusée. « En tant que conductrice de travaux, je suis tenue d’être au bureau les ¾ du temps : le quart restant je suis sur le terrain pour assurer le suivi, les visites et les réceptions de chantiers. Ensuite, être une femme dans le BTP n’est pas du tout un problème quand on aime son métier ! Et j’aime beaucoup ce que je fais : c’est dynamique et tout le temps différent. Je ne pense pas apporter une « touche féminine » aux chantiers que je suis au quotidien, mais par contre, j’insiste beaucoup sur l’importance de leur tenue, leur propreté ! Cela peut paraître pénible, mais je trouve que c’est un point important et non un détail, bien au contraire. Un chantier propre et soigné est gage de qualité et de sérieux ! » conclut-elle.

EN CHIFFRES

Entrepreneuriat

Plus d’une entreprise sur deux est dirigée ou co-dirigée par une femme.

  • 4 % des indépendants et des dirigeants salariés de la construction sont des femmes
  • 10 % des mandataires de la FFB sont des femmes
  • 25 % de femmes à l’École supérieure des jeunes dirigeants du bâtiment (ESJDB)
  • 27% des PME/TPE ont une femme à leur tête (dont 24% dans la construction)
  • 30 % des entreprises de bâtiment seront à reprendre dans 10 ans
  • 3 000 femmes sont membres des 94 groupes Femmes dirigeantes du bâtiment FFB

 

Effectifs salariés

12 % de femmes dans le bâtiment en 2016 soit :

  • 46,2 % parmi les employés et techniciens
  • 18,4 % parmi les cadres
  • ,5 % parmi les ouvriers

Plus de trente ans après la création du premier groupe Femmes dirigeantes à la FFB, on en compte désormais 94. Ils réunissent plus de 3000 dirigeantes et co-dirigeantes. (Source : FFBatiment.fr)